Il ne nous aura fallu pas plus de deux nuits à Leipzig pour se remettre à neuf et apaiser nos maux. Des vacances dans le voyage, du tourisme dans les vacances, Leipzig a fait fondre nos cœurs, et à la gare, nous lui tournons le dos, regardons la ville une dernière fois du coin de l’oeil en chuchotant « Tschüss, bis bald ».  A la borne de la gare nous prenons les tickets avec l’aide d’une conseillère. Prochain train pour Lutherstadt Wittenberg dans 9 minutes. Pas le temps de réfléchir, on s’active et nous courons dans la gare avec les vélos chargés entre les mains. Premier escalator, on monte, on continue de marcher d’un pas rapide et décidé. Ce train ne nous échappera pas. Deuxième escalator pour descendre sur le quai, les mains crispées sur les freins pour ne pas lâcher le vélo. Le train est là, nous montons à bord et il part quelques secondes plus tard. On quitte définitivement Leipzig.

Lutherstadt Wittenberg est située sur l’Eurovelo 2, connue pour être la ville de Luther. Cette année ce sont les 500 ans de la réforme protestante et dès la sortie de la gare, nous sommes accueillis par des animations célébrant cette fête religieuse. Sous un soleil éblouissant, nous sillonnons la place centrale, parsemée de belles maisons colorées. L’artère principale de la ville débouche sur l’église du château (Schlosskirche) et nous nous faufilons dans les petites ruelles perpendiculaires pour y découvrir de vieux colombages.

La rue principale de Lutherstadt Wittenberg
Les ruelles de Lutherstadt Wittenberg

 

D’un Land à l’autre. De la terre au goudron 

Nous roulons en Saxe-Anhalt, dans la forêt, sur piste non goudronnée. Les rayons du soleil se frayent un chemin entre les feuilles des arbres et tapissent le sol de tâches lumineuses. L’atmosphère est paisible, l’ambiance sereine et notre rythme traduit notre état actuel : nous sommes en forme. Le passage d’un Land à l’autre est marqué par le retour du goudron, nous arrivons dans le Brandebourg, ultime région avant de fouler les terres berlinoises.  

Dans la forêt en Sachsen-Anhalt

Dans la parc naturel du Hoher Fläming, nous traversons des villages ornés d’églises en pierre des champs, typique de la région. Un banc posé à côté d’un petit étang appel au repos. Les fleurs de nénuphars d’un rose vif rend ce décor idyllique. Nous avons enfin le temps de profiter, alors nous restons assis à contempler les nénuphars qui dansent sur l’eau et les oiseaux qui donnent l’impression de se chamailler.

Eglise en pierre des champs
Instant bucolique

52,2 kilomètres, la plus courte distance depuis notre départ. Nous trouvons une chambre d’hôte dans un centre équestre grâce aux panneaux d’informations le long de l’Eurovélo 2. Même si la journée n’était pas intense, nous nous affalons sur le canapé après le repas et faisons une sieste d’environ 12 heures (on aura tout de même réussit à se faxer dans le lit entre deux yeux fermés). 

Avant dernière journée de vélo. Juste une trentaine de kilomètres nous sépare de Potsdam où nous avons rendez-vous en fin de journée avec Ulrike, notre couchsurfeuse. La route est agréable. D’abord la forêt, puis les lacs. Potsdam n’est plus très loin. Nous y arrivons juste avant midi et cassons la croûte en face de la rivière Havel et sous un beau soleil d’été. Nous consacrons notre après-midi à visiter les lieux emblématiques de la ville, comme le Palais Sanssouci et le soir nous nous retrouvons chez Ulrike, en très bonne compagnie, à discuter de voyages autour d’un (voire, deux, trois) verre(s) de vin.  

Avant Potsdam
Palais Sanssouci

Le soleil de la veille s’est caché sous une épaisse couche de nuages, laissant tomber une légère bruine fraîche. Vêtus de nos polaires, nous n’abandonnons pas notre promenade dans Potsdam et suivons les conseils donnés par Ulrike. 

Hallo Berlin 

Le voyage touche à sa fin. Nous passons le panneau Berlin mais nous sommes encore loin de notre but tant la ville est étendue. La porte de Brandebourg est à presque 30 kilomètres. Nous longeons les lacs, lieux de rendez-vous des berlinois lors de beaux étés ensoleillés. Aujourd’hui, nous ne verrons personne en tenue de plage, la météo automnale laissera sans vie les abords du Wannsee.

Berlin Westend. Encore 10 kilomètres de ligne droite. Petit à petit nous apercevons les monuments de la ville. Ils paraissent si loin, si petit, la route est interminable mais nos sourires s’agrandissent au fur et à mesure que l’on s’approche de la porte. Siegessaüle. De part et d’autre s’étend l’immense parc du Tiergarten. Nous traversons le célèbre rond-point où s’élève en son centre la Colonne de la Victoire, puis devant nous, la Brandenburger Tor. Nous franchissons l’ouverture du milieu pour marquer le coup, pour notre petit plaisir personnel. Nous y sommes, enfin, après 898 kilomètres. Un doux sentiment de satisfaction. On regarde derrière nous avec nostalgie, notre premier voyage à vélo se termine, 14 jours à pédaler de l’Ouest à l’Est de l’Allemagne. On regarde devant nous avec fierté, nous sommes prêts pour notre prochaine aventure à vélo. Rendez-vous le 7 avril 2018. 

Voyage à vélo jusqu'à Berlin
L’arrivée par la porte de Brandebourg
Author

Co-fondatrice du blog Un Tour à Vélo. Passionnée par la photographie et les médias sociaux. Je capture, j'écris, je partage, mais avant tout, j'apprécie les choses simples de la vie (comme une bonne raclette !)

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.