Entre Ulm et Passau, nous faisons une petite étape de 70 kilomètres jusqu’à Wolperstetten où nous avons été accueillis chez les parents de Johanna (notre hôte Couchsurfing de Baustetten). Grande demeure pour une grande famille, le jardin s’apparente à la maison du bonheur, la maison de la vie. Tout y est pensé pour les enfants, tout est fabriqué à la main. Nous passons la soirée sur la terrasse avec Elizabeth à qui l’on fait réviser ses cours de français et nous continuons à l’intérieur, dans le salon, avec les parents, autour d’un verre de vin. Des choses simples qui font notre plus grand bonheur dans cette maison qui nous fascine. Le lendemain, on se rend à la gare de Blindheim pour prendre le train jusqu’à Passau : nous devons compter les jours jusqu’à Bratislava car un hôtel nous attend !

Passau, l’Autriche et les ravissantes boucles du Danube

Passau nous a laissé une très belle impression. On sent, par le biais des bâtiments, le passé impérial de la ville et le niveau de vie de ses habitants. La « Ville aux Trois Rivières » bénéficie d’un cadre naturel somptueux. Installée entre le Danube et l’Inn, Passau est l’endroit où les deux fleuves se rencontrent. La douceur de vie apparente se traduit par la jeunesse de ses rues (Passau est une ville universitaire) et par le dynamisme de la vie sur les berges – celles de l’Inn principalement, puisque celles du Danube voient plutôt accoster les bateaux de croisière.

Passau
Passau à Vienne à vélo
Cathédrale Saint-Etienne de Passau

On passe la nuit chez Madeleine, qui nous accueille dès son retour de l’université… vers 21h. Sa colocation se trouve sur les hauteurs du quartier résidentiel de Passau, à quelques centaines de mètres de l’Autriche. Au petit matin, Madeleine s’en est déjà allée lorsque nous enfourchons nos vélos.

Nous projetons de rejoindre Linz directement depuis Passau, mais avons le sentiment de passer trop hâtivement dans l’un des plus beaux segments de l’Eurovelo 6. La mi-parcours à peine franchie, on décide de rebrousser chemin sur 6 kilomètres pour s’installer dans un camping au pied des boucles du Danube et sa fameuse vue panoramique : le « Schlögener Blick ». Les 30 minutes de marche pour atteindre la passerelle en valent largement la peine, et les images parleront mieux que les mots.

Dans la région des boucles du Danube
En allant vers le Schlögener Blick
Les boucles du Danube

Les jours suivant nous verront traverser l’Autriche d’Ouest en Est, avec Vienne en ligne de mire. Les journées se ressemblent : piste cyclable parfaite, Danube à nos côtés, Camping le soir, vent et dénivelé légèrement favorables. Enfin, la météo est déjà estivale lors de ce mois d’Avril, quelle chance ! Nous réalisons nos étapes les plus rapides du 14ème au 17ème jour, avec une moyenne généreusement au delà de 20 km/h.

Portion sympa sur le parcours, la Wachau Weinstrasse (Route des Vins de la Vallée de Wachau), débute à Melk et s’achève à Krems an Der Donau. Sur une quarantaine de kilomètres, on traverse des villages plus bucoliques les uns que les autres, et des vignobles. Les restaurants et terrasses sont nombreux et ne désemplissent pas en ce printanier dimanche d’Avril. La Vallée de Wachau est également réputée pour ses vergers à abricotiers, ce qui en fait un important producteur de Brandy.

Wachau Weinstrasse

Un itinéraire familiale et la vie sauvage

En Anglais, il est courant pour les enfants de confondre Austria et Australia. Sur cette portion, on a croisé plus de serpents qu’en Australie (heureusement d’ailleurs, car ils sont généralement un peu moins sympas là bas).

Passau à Vienne à vélo
La nature sauvage

De Passau à Vienne, l’itinéraire est à 95% protégé et agréable. Il n’y a guère que les 6-7 km avant Linz qui soient désagréables : bien que protégés, on longe une 2 fois 2 voies bruyante et oppressante. Quelques bivouacs auraient sans doute été réalisables sur cette portion, mais l’envie de dormir sereinement prend le dessus tous les soirs. Nous sommes en avant-saison et les campings pratiquent des rabais qui finissent de nous convaincre.

Le camping de Au an der Donau est celui qui nous aura laissé la meilleure impression : propre, moderne, bien entretenu, et une terrasse donnant sur le port de plaisance, qui ne se refuse pas après une grosse étape. Les autres, à Zwentendorf et Melk, sont tout juste des endroits pour y passer la nuit. Cependant, nous recommandons d’arriver tôt dans le second cité, car la ville est vraiment charmante.. vous en profiterez pour observer l’abbaye baroque sur les hauteurs, et pourquoi pas profiter d’une petite bière sur la terrasse du restaurant jouxtant le camping – avec sa vue directe sur le Danube. Des crues invraisemblables ont affecté les régions traversées par le Danube au cours des décennies, et à plusieurs reprises le niveau de celles-ci est représenté sur les façades des maisons. C’est notamment le cas à Melk, où le niveau des crues est visible sur la façade du restaurant « Fährhaus »

L’abbaye de Melk

Arrivés à Vienne, « Honzo » nous accueille dans son appartement, c’est notre hôte couchsurfing du soir. Honzo est aux petits oignons pour nous… Après avoir pris une bonne douche et avoir regardé un petit film sur Vienne, nous sommes invités à nous installer à table. Il nous a préparé un véritable festin : saucisses épicées et au fromage, purée, petits légumes et crêpes en dessert. Nous sommes plus que rassasiés et les discussions avec notre hôte et Zhang sont extrêmement intéressantes. Notre co-invitée, Malaisienne, nous apprend notamment qu’il existe une sorte de réplique de Colmar en Malaisie… On dirait plutôt une copie approximative de ce qui paraît être de loin des maisons à colombages. Ce qui est une sorte de parc d’attraction, s’appelle « Colmar Tropicale »…

Sur ces anecdotes originales, il est temps de se retirer. Demain nous avons quelques kilomètres à effectuer pour rejoindre Bratislava.

Author

Co-fondateur du blog UTAV. Curieux et créatif, mon attrait pour l'initiative entrepreneuriale génère en moi une moyenne d'un projet par seconde. Pragmatique et optimiste, je suis le plus heureux du monde quand il s'agit d'apprécier les choses simples...

2 Comments

  1. Valérie GALLERI Reply

    Cette partie est vraiment magnifique, de très bons souvenirs lorsque nous avons suivi l’ev 6 de Bâle à Budapest et l’année d’après de Vienne à Nantes, avec un radieux. Je me souviens d’un délicieux gâteau aux abricots. Faites bonne route, je ne manquerai pas de lire vos aventures pendant notre trip estival de Lyon à Oslo.

    • Merci pour ce commentaire. On remarque que l’Eurovelo 6 laisse de bons souvenirs à beaucoup de monde 🙂 Lyon – Oslo c’est génial comme trip, on aimerait bien faire les pays scandinaves également. Les paysages doivent être fabuleux. En tous les cas, profitez bien de ce trip estival.

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.