Kochkor, épisode 2, mais cette fois-ci nous allons faire du cheval vers Kul Ukok, un lac de haute montagne situé à plus de 3000 mètres d’altitude pour le premier et 3500 mètres pour le second.

Se déplacer au Kirghizistan, toujours une belle aventure

Pour nous rendre chez Jailoo à Kochkor nous entreprenons une séance de stop depuis Tosor. Pouces levés, c’est un périple à la Pékin Express qui commence. Au bout d’1h30 sous le cagnard, une première voiture s’arrête avec 3 places. Deux groupes se forment. Camille, Julien et moi montons dans la voiture, tandis que Jérôme et Clément suivent de près avec un Marshruktas. Notre voiture s’arrête une première fois à Bokonbayevo, nos chauffeurs doivent travailler une quarantaine de minutes après la pause repas. On les attendra au final près d’1h30, à côté de la voiture, car nos sacs à dos sont dans le coffre. Nos deux charmants employés de chez Beeline (un opérateur mobile kirghize) nous déposent ensuite à Balyktchi où nous prenons un taxi partagé pour Kochkor.

Le groupe de Jérôme et Clément, déjà sur place depuis un moment, a eu le temps de se balader dans la ville, se renseigner pour le cheval, négocier le prix et réserver la Guesthouse pour le soir. Quelle efficacité ! Nous nous retrouvons chez Jailoo pour réserver les deux jours de cheval.

Kul Kok, la claque

Nous partons vers 10 heures récupérer les chevaux. Chacun prend connaissance de sa nouvelle monture. Claude, mon cheval n’est pas très rapide, il est même carrément à la ramasse. Rendez moi Tommy, mon cheval pour la randonnée vers le lac Song Kul !

Je vous présente Claude
Direction Kul Ukok

A 3050 mètres d’altitude il est là, d’un bleu azur, au milieu des montagnes : le lac Kul Ukok. Nous empruntons un petit chemin de terre qui longe le lac. Nos yeux sont captivés par cette beauté. Le campement du soir est au pied des glaciers. Nous prenons le temps avec Julien de faire quelques photos vers le lac. Les animaux posent pour nous, quelques rayons de soleil transpercent les nuages et illuminent le lac.

lac Kul Ukok
La beauté de ce lac
Le cheval et les sommets enneigés
Décor de carte postale

Le froid s’installe rapidement. Bonnet, gant, triple couche ne suffisent plus pour nous réchauffer et nous filons sous les couvertures de notre yourte. Confort sommaire et nuit fraiche feront de nous des zombies au petit matin et un début de migraine pour Jérôme. Heureusement le petit déjeuner à base de poisson et pâtes nous donne l’énergie nécessaire pour rejoindre le 2ème petit lac, à 3500 mètres d’altitude.

Nous prenons les chevaux pour quelques centaines de mètres. Claude brille toujours par sa lenteur. Il faut dire qu’il faisait partie des chevaux s’étant fait la malle pendant la nuit. Il n’a pas du beaucoup se reposer le bougre ! Nous continuons l’ascension à pieds et essoufflés par l’altitude. L’effort est récompensé avec la vue sur le lac, aux pieds des glaciers.

Le deuxième lac, à 3500 m
Les glaciers qui entourent les lacs

Nous restons sur place un moment avant de redescendre vers la vallée en compagnie de deux autres groupes. La fin de saison approche, les yourtes sont entrain d’être démontées petit à petit et sur le chemin, nous croisons un groupe de kirghizes avec la maison sur le dos des ânes et chevaux. Une certaine distance me sépare de mes camarades qui ont pris de l’avance avec leurs chevaux rapides. Je reste derrière, quelle frustration ! Lorsque mon cheval se décide enfin à galoper, je perds un morceau de la selle. Après de nombreux « tcho tcho » en usant toutes les stratégies possibles pour qu’il me comprenne (accent kirghize, voix masculine, des tcho tcho murmurés à son oreille, le tcho tcho interrogateur), Claude se lance dans un sprint impressionnant à en rendre bouche bée un Guillaume Canet et je rattrape enfin mes 4 compères. Finalement, il en avait sous le capot le coquin !

Is this the end ?

Retour à la case départ, dans la guesthouse à Kochkor. Lors du repas, nous passons un agréable moment avec la gérante et communiquons grâce à Google Traduction. Nous rions beaucoup ensembles. Un beau moment pour clôturer ce chapitre au Kirghizistan.

Les garçons sont fiers de leur nouveau couvre-chef kirghize offert par nos hôtes et nous quittons Kochkor pour Bishkek à bord de notre dernier marshruktas.

Les garçons et leurs nouveaux chapeaux

Informations pratiques :

  • Réservation du trek à cheval avec Jailoo à Kochkor
  • Pour dormir à Kochkor : Saikal Guesthouse (belle chambre, très bon repas et petit-déjeuner et accueil chaleureux)
Author

Co-fondatrice du blog Un Tour à Vélo. Passionnée par la photographie et les médias sociaux. Je capture, j'écris, je partage, mais avant tout, j'apprécie les choses simples de la vie (comme une bonne raclette !)

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.