Tunduk Hostel, l’auberge aux 1001 rencontres. C’est ici que l’on rencontre Julien, voyageur solo, et d’autres francophones qui nous racontent avec enthousiasme leur trek à cheval vers le lac Song Kul. Il ne nous en fallait pas plus pour nous motiver à faire du cheval et nous partons le lendemain, à trois, en direction de Kochkor. Depuis notre période plus compliqué à Chaek, nous n’avions aucune idée comment continuer cette aventure au Kirghizistan. Mais souvent, il suffit de quelques rencontres pour que le brouillard s’en aille.

Découverte du cavalier qui sommeille en nous

Nous réservons le trek dans la ville de Kochkor, à l’agence Jailoo et en attendant le lendemain, nous nous promenons dans la ville. De vieilles lada ornent les rues et les vaches se promènent tranquillement sans se soucier des gens, des voitures, des motos. Les montagnes environnantes donnent du cachet à certaines ruelles et l’on voit, au loin, quelques sommets blancs.De retour chez Jailoo, nous croisons Camille et Clément, en pleine réservation du trek à cheval. Le courant passe bien et ils se joignent à notre groupe pour la randonnée à cheval de 4 jours au lac Song Kul. Les vacances à 5 peuvent commencer !

Dans les rues de Kochkor

Nos montures sont prêtes. Elles n’ont pas de pédales et de freins, mais elles avancent au doux son de « Tcho Tcho » et stoppent avec un « Drrrrr » franc. Ca c’est la théorie, car dans la pratique, les chevaux n’en font qu’à leur tête et nous essayons de les apprivoiser tant bien que mal. Seule Camille maîtrise l’art du double poney et nous prodige quelques bons conseils. Nos deux guides sont très jeunes, mais contrôlent leurs chevaux comme s’ils étaient nés avec. Au Kirghizistan, les enfants montent à cheval dès leur plus jeune âge et nous avons pu voir des petits bouts de 5 ans très à l’aise au galop.

Nous partons dans les montagnes et prenons de la hauteur, au rythme des chevaux. Se laisser porter nous laisse le temps de regarder le paysage, que c’est plaisant ! Pour le déjeuner, nous nous arrêtons dans un camp de yourte. Première immersion dans la vie kirghize, jusqu’au cabanon dans la nature en guise de toilettes. Au campement du soir, à plus de 2500 mètres d’altitude, l’ambiance est à la colonie de vacances : nous sommes environ 20 touristes, dont une quinzaine de français. Lorsque le soleil se cache derrière les montagnes, le froid ne se fait pas attendre. Nous enfilons quelques couches vestimentaires supplémentaires pour rester encore un peu dehors et regarder le ciel. Aucune pollution lumineuse vient rompre le charme de la voie lactée, que l’on réussira à voir un certain temps, avant que les nuages ne la cache. La température extérieure aura eu raison de moi, je m’en vais me coucher dans notre yourte, que nous partageons à 10 : notre joyeux groupe de 5 et les 5 guides.

On grimpe au pas à travers les montagnes
Jérôme le cavalier
Les toilettes dans la montagne kirghize

A l’aise, même au galop

Jour 2. Nous atteignons le sommet de la montagne, le vent souffle fort. En contrebas, on distingue le Song Kul, enfin ! Nous nous lançons dans un galop endiablé pour s’approcher du lac et terminons notre course, à trois de front avec Jérôme et Julien. Malheureusement nous n’avions pas de photos finish, on ne saura jamais qui a gagné ! Le long du lac, nous traversons des troupeaux de vaches, chevaux, moutons. Les animaux ont de l’espace dans ce décor à l’horizon infini. A chaque pas, nous nous régalons, à chaque pas, nous savourons ce moment unique.

La journée se termine au camp de yourtes autour d’un match de foot France – Kirghizstan avec trois autres français. Les garçons doivent s’adapter au sport en altitude, mais on retiendra le score de 6-0 pour la France ! Pendant ce temps, avec Camille, nous jouons avec les chiots de la famille, 3 boules de poils adorables (on aurait du en prendre un avec nous !). Le soleil se couche doucement et nous offre une lumière dorée exceptionnelle. Nous ne pouvions rêver mieux pour clôturer cette journée au bord du lac et vivre notre vie de nomade, le temps d’un court séjour.

Adorables boules de poils
Le retour du pêcheur
lac song kul à cheval
Les chevaux au lac song Kul

Nous passons notre troisième journée le long du lac et arrivons assez tôt au prochain campement, où nous sommes accueillis par les petites filles de la maison. Très vite, nous nous retrouvons à jouer avec elles à différents jeux qu’elles tentent de nous expliquer en kirghize. Les jeux des cours de récré n’ont pas de frontières et nous voilà entrain de faire de la corde à sauter au Kirghizstan, à côté du lac Song Kul. Jamais je n’aurais pensé dire ça un jour !

La petite chipie
Les jeux avec les petites kirghizes (©Julien)

Pour prendre un peu de hauteur, nous partons avec Jérôme, Camille et Clément sur les sommets environnants. La vue sur le lac est imprenable, quelques yourtes ponctuent le décor et nous ne pouvons distinguer le bout du lac. Nous rejoignons Julien et passons à côté d’une yourte. Le dialogue mi-anglais, mi-kirghize, mi-geste s’enclenche rapidement et on se fait offrir un bol de kumis, une boisson à base de lait de jument fermenté. Le goût est indescriptible, tant il diffère de nos habitudes et prend de cours nos papilles françaises !

Vue imprenable sur le lac Song Kul
Après le kumis, la photo
Après l’orage, l’arc en ciel sur le lac Song Kul

La pluie et l’épaisse couche de brouillard cachent le lac et les montagnes en ce dernier jour de cheval. Il fait froid et humide quand nous nous enfonçons dans la montagne. Le chemin est raide et escarpé, les chevaux glissent sur la boue. Nous descendons à pieds la partie la plus raide. Au loin, la petite ville de Kyzart est sous le soleil, la météo dans les montagnes est toujours imprévisible. Plus nous descendons, plus on se réchauffe et les rayons se posent délicatement sur nos visages. Nous ôtons bonnets, capuches et gants, l’été est de retour. Pour clôturer ce séjour, nos chevaux s’élancent au galop dans les rues de Kyzart. Ils savent qu’ils sont arrivés et en ont terminé avec nous, ils auront aussi mérité leurs repos. Merci Tommy, merci Arthur, Napoléon et les autres.

Lac song kul à checal
La tête dans le brouillard (©Julien)
A cheval sous la pluie (© Julien)

Informations pratiques :

  • Trek de 4 jours réservé avec l’agence Jailoo
  • Tarif : 135 € / personne (tarif dégresif en fonction du nombre de personne, jusqu’à 4 personnes. A partir de 5 il faut 2 guides)
  • Ce qui est compris dans le prix : les 2 guides, 3 nuits, tous les repas (petit-déjeuner, déjeuner, dîner et thé), transfert jusqu’aux chevaux
Author

Co-fondatrice du blog Un Tour à Vélo. Passionnée par la photographie et les médias sociaux. Je capture, j'écris, je partage, mais avant tout, j'apprécie les choses simples de la vie (comme une bonne raclette !)

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.